mercredi 15 février 2012

Enfant de la télé

Ce soir, TF1, dont le boulot est de vendre aux limonadiers du temps de cerveau humain disponible, va en offrir un peu à Nicolas Sarkozy.

C'est une vieille histoire, Nico et TF1. Comme une Saint-Valentin quotidienne qui dure depuis dix ans. Tout remonte en effet à l'année 2001.

Souvenez-vous, cette année-là (comme disait Cloclo), TF1 se fit souffler Loft Story par une petite chaîne qui voulait monter, monter, monter...

TF1 décida alors de trouver un petit truc promis à monter. Ce fut Nico, qui devint quelques mois plus tard ministre de l'intérieur.

Mais pour faire monter les petits trucs, il faut les arroser. TF1 inventa alors la plateforme anxiogène de l'insécurité grandissante.

Une sorte d'engrais spécial pour ministre de l'intérieur. Un programme effrayant qui balançait bien avec la téléréalité abrutissante.

A 20 heures, on te fout la trouille, mais une heure plus tard, on te relaxe avec des cruchonnes et des crétins.

Bref, l'un et l'autre grandirent de ces programmes réducteurs, au point de devenir les maîtres d'un nouveau monde abruti.

Mais le pain et les jeux, pour ne pas lasser, doivent chaque jour s'enfoncer un peu plus bas pour tenir les audiences.

Nico est un enfant de la télé : il a grandi dedans et il finira avec elle (en dépit de ses efforts sur Facebook et Twitter). Le processus est engagé et il est irréversible.