samedi 5 septembre 2015

Rituel

Halal, casher ou laïc ? Y'a quoi au menu ? Les enfants ont repris le chemin de la cantine en même temps que celui de l'école et voilà qu'on se redéchire sur la nourriture ritualisée.

Cela dit, le débat est un peu réducteur. Admettons qu'il faille que les abatteurs s'adressent à une divinité pour que les animaux soient comestibles. Fondamentalement, remercier la nature sous une forme divine ou pas est assez logique, puisque fondamentalement, c'est grâce à elle que nous subsistons.

Mais alors il faut aller jusqu'au bout : exigeons la ritualisation de la traite des vaches, de la cueillette des fruits et légumes, du pressage des huiles et de la mouture des céréales.

N'oublions pas non plus d'imposer à chaque consommateur croyant qui pollue cette planète où nous vivons ensemble de remercier chaque jour le dieu de son choix de ne pas l'avoir déjà envoyé en enfer.

- - -

Billet initialement publié ici.