jeudi 12 janvier 2017

Malentendu

« On n'a pas été bons » sur la Sécu. Cette petite confidence de François Fillon, qui a le mérite de l'honnêteté, en dit long sur les infidélités qui déchirent les Français et leurs élus.

Après avoir sillonné le pays et consulté ses habitants pendant cinq ans d'alternance pour se forger une opinion, après avoir confié ses convictions dans deux livres, le candidat préféré de la droite se serait mal exprimé. Ou aurait été mal entendu.

Mais que celle ou celui qui n'a jamais fauté lui jette la première pierre. Quand ils consultent les Français, les candidats peuvent se tromper. C'est d'ailleurs un point qu'ils ont en commun avec les instituts de sondages. Dès lors, faut pas s'étonner que les Français n'accordent plus leur confiance à ces derniers.

Cela dit, vu qu'une moitié des Français passent son temps à se méfier de l'autre, tout le monde y trouve son compte.

- - -

Billet initialement publié ici.

mardi 13 décembre 2016

Gaz

Ces vingt dernières années, les rennes de l'archipel norvégien du Svalbard sont devenus plus petits et plus légers, indique la British Ecological Society, résumant les conclusions d'une étude présentée à Liverpool.

Pour les chercheurs, ce rabougrissement des rennes du Svalbard est incontestablement lié au réchauffement climatique. Des hivers plus chauds signifient d'avantage de pluie. Elle tombe sur la neige, où elle gèle, empêchant les rennes d'accéder au lichen qu'ils ont l'habitude de brouter.

Résultat : les rennes sont affamés, ils perdent leurs petits ou donnent naissance à des jeunes beaucoup plus légers.

Bref, si vos cadeaux arrivent en retard au pied du sapin, c'est de votre faute : à cause des gaz à effet de serre que vous émettez, les rennes ont de plus en plus de mal à tirer le traîneau du Père Noël.

- - -

Billet initialement publié ici.

samedi 19 novembre 2016

Obsolescence

C'est terrible ! La durée de vie de nos appareils électroménagers aurait réduit de moitié depuis le début du siècle. Rageant : la panne survient souvent juste après la fin de la garantie. Le pire, c'est que ces articles sont de plus en plus difficiles à réparer.

Il s'agirait d'une volonté délibérée des industriels à fabriquer des produits dotés d'une durée de vie limitée. On appelle ça l'obsolescence programmée. C'est tendance.

D'ailleurs, le phénomène déteint en politique, où on nous explique ces derniers temps que quand un service public ne fonctionne plus, c'est qu'il faut en changer. Le réparer ? Non.

Dans un tel contexte, il ne faudra pas être surpris si, un jour prochain, les citoyens déçus qu'on leur brise ces institutions qu'ils appréciaient tant demandent réparation du préjudice subi. A moins qu'ils préfèrent renvoyer à leurs chères études des politiques qu'ils jugent obsolètes.

- - -

Billet initialement publié ici.