mercredi 9 mai 2018

Las

Il faut rendre grâce à nos confrères de gentside.com pour avoir délivré cette information de la plus haute importance.

Selon eux, « le président de la République a été aperçu avec une paire de richelieu noir et des lacets rouges. Pourquoi ces lacets ont leur importance dans son style présidentiel ? Son costume, comme toujours, était très sobre. Bleu marine dans son ensemble, sans touche de fantaisie. Les lacets rouges apportent non seulement cette touche d’originalité, mais permettent aussi de différencier ce qu’il porte du reste. »

Voilà donc qui nous permet de comprendre le fond grâce à la forme, l’important grâce au détail, l’essentiel grâce au superflu. Nous sommes dirigés par un homme qui sérieux de la tête aux pieds ou presque, car c’est à ce dernier niveau qu’il niche une coquetterie.

Évidemment, le risque, c’est que ces histoires de lacets peuvent finir par lasser.

Mai 68

Il doit être assez monotone de travailler dans un institut de sondage. Ou alors ça doit être parfaitement enthousiasmant quand on est un fanatique du chef de l’État.

Il suffisait de lancer une requête « sondage » dans Google actu, ce mardi 8 mai 2018, pour s’en convaincre. Les réponses allaient de « Sondage : un an après son élection, Macron déçoit les Français » à « Sondage : Macron retrouve 50 % de confiance, Philippe en baisse » en passant par « Les membres du gouvernement encore méconnus d’une majorité de Français » ou encore « Sondage : 59 % des Français ne veulent pas que Macron se représente ».

Heureusement, on en revient aux choses sérieuses avec « Résultats de sondage : l’aspirateur-traîneau avec ou sans sac ».

Reste quelques parasites subversifs comme : « Sondage : Mai 68 a eu un impact positif pour 70 % de Français ».

vendredi 20 avril 2018

Draisines

Réforme, grèves… Comment se sortir de l’impasse ferroviaire ? Grâce aux « bus Macron ».

Certaines compagnies n’hésitent d’ailleurs pas à surfer sur le conflit pour proposer leurs services. Mais est-ce durable ? En effet, à force de fermer des lignes de chemin de fer et de mettre des cars sur le bitume, il est bien possible qu’on finisse par saturer le réseau routier.

On imagine aisément les conséquences les plus fâcheuses : les « bus Macron » en retard. De tels dysfonctionnements entraîneraient inévitablement une réforme des réseaux de « bus Macron » et par conséquent… des grèves.

Mais vu qu’au fil du temps, le nombre de kilomètres de lignes de chemin de fer désaffectées ne cesse d’augmenter, on peut imaginer que les compagnies de « bus Macron » auront la bonne idée de faire rouler leurs engins dessus. Suffit juste de changer de roues et de recruter des cheminots.