vendredi 23 septembre 2016

Rond

Voilà, ça y est. On dirait pas, vu le soleil, mais c'est l'automne. Depuis le 22 et non le 21 comme les années précédentes. Va falloir vous y faire parce qu'il faudra attendre 2093 pour retrouver un équinoxe d'automne qui tombe un 21 septembre.

Pourquoi ? Parce que l'automne et l'hiver durent chacun 89 jours, tandis que le printemps et l'été mangent 92 ou 93 jours. Notre calendrier grégorien s'adapte donc aux aléas planétaires. C'est que l'orbite terrestre est instable depuis la nuit des temps.

Sa rotation varie tout comme son axe sur une période de 40.000 ans, d'où ces jours d'été plus ou moins longs dans l'hémisphère Nord. Ajoutez-y le fait que l'axe de rotation tourne sur lui-même selon une période d'environ 20.000 ans.

Si on n'y faisait rien, Noël arriverait en plein été au bout de 10.000 ans ! Bref, comme vous le saviez déjà, cette planète ne tourne pas rond.

- - -

Billet initialement publié ici.

mercredi 21 septembre 2016

Avé

Les Gaulois ! Nos ancêtres ? La réponse appartient à Ernest Lavisse, qui a introduit le concept dans les livres d'histoire sous la IIIe République.

Lavisse qui écrivait : « Il y a dans le passé le plus lointain une poésie qu'il faut verser dans les jeunes âmes pour y fortifier le sentiment patriotique. Faisons-leur aimer nos ancêtres les Gaulois et les forêts des druides, Charles Martel à Poitiers, Roland à Roncevaux, Godefroi de Bouillon à Jérusalem, Jeanne d'Arc, Bayard, tous nos héros du passé, même enveloppés de légendes car c'est un malheur que nos légendes s'oublient. »

Ambiens, Helvètes, Pictes, Celtes… Notre bonne vieille Gaule était en fait un ramassis d'ethnies. Mais nous avions besoin d'un roman national et nous nous emparâmes de notre Gaule, inventée par Jules César pour désigner un territoire à envahir.

Bref : quand on vous parle de Gaulois, cherchez le conquérant.

- - -

Billet initialement publié ici.

mercredi 14 septembre 2016

Paille

Une paille ! 59 milliards d’euros. C’est la somme déboursée par le groupe chimiste allemand Bayer pour mettre la main sur Monsanto.

C’est qu’on se marie dans l’agrochimie ces derniers temps. Dow Chemical et DuPont, ChemChina et Syngenta…

Pourquoi faire ? Être plus gros pour mieux racheter les semences de la planète, en devenir propriétaire et vendre à la place aux agriculteurs des pesticides et des semences génétiquement modifiées. C’est un modèle économique, paraît-il.

Finie, l’époque où on gardait une partie de la récolte pour la semer. On cultive avec les Bayer, Monsanto, Dow Chemical, DuPont, ChemChina ou Syngenta. Et une fois qu’on a lancé une de ces cultures sur une terre, on ne peut rien faire pousser d’autre. Alors on passe commande pour l’année suivante, quitte à se retrouver... sur la paille.