lundi 22 décembre 2014

Censure

Détestable, inacceptable, intolérable…

L'éviction d'Éric Zemmour n'en finit pas d'abreuver les machines à commentaires, illustres ou anonymes, promptes à défendre une liberté d'expression aussi chérie que détestée.

Car ne nous y trompons pas, ce sont rarement les mêmes qui ont jugée détestable, inacceptable ou intolérable l'éviction, par exemple, de Guillon ou de Porte.

Évidemment, on imagine que ces zélés défenseurs de la liberté d'expression n'ont jamais jugé détestable, inacceptable, intolérable ce Web où chacun peut déverser des torrents de commentaires à tout bout de champ pour dénoncer tout et son contraire.

Comme toujours, la liberté d'expression des uns s'arrête là où commence celle des autres.

Comme souvent, chacun défend surtout la liberté d'expression de ses idées préférées.

- - -

Billet initialement publié ici.