jeudi 26 avril 2012

Bêtes à cornes

Depuis des lustres, dans l'élevage, les Fafounet détenaient la recette miracle : pour éviter de perdre le bétail pendant les transhumances, ils criaient une série de mots qui déclenchaient inexorablement le rappel et le repli des bêtes à cornes. Et l'affaire prospérait, les têtes se multipliaient.

Un jour, d'autres éleveurs comprirent qu'ils pouvaient, eux aussi, se servir du même stratagème pour faire venir à eux les animaux. L'un d'eux, par ruse, suivit les Fafounet et nota scrupuleusement les termes employés. Il en fit une liste.

Fort courroucés, les Fafounet décidèrent de se défendre. Ce fut assez simple : il suffisait de comparer les copies et l'original de la liste de mots employés pour restituer les Fafounet dans leurs droits.

Mais les Fafounet s'aperçurent d'un étrange phénomène. A chaque fois qu'un autre éleveur utilisait leurs mots pour rassembler les ovins, nombre de ces derniers finissait par rejoindre les pâturages des Fafounet. Inutile, donc, de dénoncer les usurpateurs. Il suffisait de les laisser faire. Encore et encore. Leur empressement à répéter les mêmes mots assurerait la fortune des Fafounet.

Vous l'aurez compris : cette histoire est une fable. Dans la réalité, on attache les bêtes par les cornes avec de la corde. Ce sont les hommes qui se lient par la parole. Enfin. Je crois.