jeudi 5 septembre 2013

Irréfutables

Le concert des Nations a tourné à la cacophonie sur la question syrienne et les frappes punitives. Pour que chacun s’accorde, il faudrait un papier à musique bien réglé et une parfaite mécanique.

Le monde et nos vies seraient tellement plus simples si nous pouvions disposer de preuves irréfutables pour chaque chose.

Nous saurions d’emblée faire la différence entre une aventure sans lendemain et une relation durable. On s’éviterait la crise de foie en sentant avant de l’avoir avalé le chocolat de trop.

Nous serions en mesure de reconnaître les vrais amis, aussi certainement que nous saurions qui sont les gens à ne pas fréquenter. On aurait enfin des convictions sur qui compter au moment de déclencher les hostilités.

Mais ça n’est pas notre nature. Je pense donc je suis ? Non. Je doute donc je suis.

" Dubito, ergo cogito, ergo sum. "

- - -

Billet initialement publié ici.