mercredi 22 décembre 2010

Citoyens

Chers concitoyennes, chers concitoyens, cette année qui se termine vous laisse un goût amer. C'est normal. 2010 est un mauvais cru

Vous travaillez davantage mais vous ne gagnez pas plus. Et vous devrez bosser plus longtemps. Mais bon. Vous avez un travail, c'est déjà ça

C'est pas le cas de tous le monde : entre ceux qui en cherchent et ceux qui en perdent, ça se bouscule au Pôle Emploi

Mieux vaut d'ailleurs passer par leur site web. Enfin, si vous avez encore un accès internet, parce que ça aussi, ça se perd

Mais, chers concitoyennes, chers concitoyens, je vais arrêter là la liste des difficultés qui plombent notre quotidien

Car cette année 2010 a été dure pour tout le monde, y compris chez ceux qui nous gouvernent. Ils ont morflé grave, ne l'oublions pas

Jean Sarkozy n'a pas décroché son job à l'Epad. Il a du se serrer la ceinture pour poursuivre ses études

Rachida Dati, une mère seule issue de l'immigration, a été virée et même privée de voiture

Et Rama Yade ? Virée aussi. Elle a éprouvé les plus grandes difficultés pour retrouver un emploi à cause de sa couleur de peau

Les grands patrons ont dû se sacrifier aussi. Regardez l'exemple d'Henri Proglio qui dû se résoudre à perdre un salaire

Je peux même vous dire que chez les Ockrent-Kouchner, pour le réveillon, cette année, ça sera Kronembourg et sardines à l'huile

Bref, vous le voyez bien : France d'en-bas ou France d'en-haut, c'est la crise à tous les étages, tous ensemble

Chers concitoyennes, chers concitoyens, c'est ce qui doit nous rendre l'espoir en 2011 : personne ne nous prend pour des citoyens cons

La version de cette #twitstory avec le son et l'image est ici dans sa version originale

Et aussi chez Guy Birenbaum