lundi 29 septembre 2014

Un train de sénateur

Vous avez vu ? On a encore voté pour des sénateurs, dimanche. Enfin, pas vous ni moi. Nos élus grands électeurs.

Et on se perd encore en conjectures sur la réforme de ce machin censé représenter une France rurale dans une société hyperurbanisée dont on ne sait pas trop à quoi il est indispensable.

Mais c'est comme ça. « Coûteux », « conservateur », « clientéliste », ce club d'aînés n'a jamais cessé d'être contesté depuis sa création en 1875.

« L'anomalie parmi les démocraties », comme disait Jospin en 1998 a résisté à toutes les réformes et même le général de Gaulle s'y est cassé les dents avec son référendum du 28 avril 1969 proposant sa quasi-suppression. Le grand Charles avait dû démissionner et la chambre haute perdure.

Bref, la révolution des institutions avance… à un train de sénateur.

- - -

Billet initialement publié ici.