mercredi 8 octobre 2014

Grands malades

Nicolas Sarkozy pouvait-il ignorer l'existence de Bygmalion ? C'est compliqué.

Il est toujours assez facile et souvent injuste de casser du sucre sur le dos des puissants. Au-delà des turpitudes qui éclaboussent la classe politique, ces (quelques) femmes et ces (nombreux) hommes exercent un métier qui comprend des risques et dont on commence à cerner certaines pathologies.

Les scientifiques qui se penchent sur la question remercieront Thomas Thévenoud pour sa récente découverte de la « phobie administrative ». Une maladie du pouvoir à ajouter à la « spirale du mensonge » de Jérôme Cahuzac ou aux « troubles de la personnalité » de DSK.

Enfin, n'oublions pas ce mal terrible qui fait qu'un patient atteint d'une maladie ou d'un handicap ne semble pas avoir conscience de sa condition : l'anosognosie de Jacques Chirac.

- - -

Billet initialement publié ici.