mercredi 8 septembre 2010

Dans le ventre et dans l'âme

Un jour peut-être, les journalistes cesseront de parler des auteurs, et les auteurs des journalistes. Et ça fera du bien

Pas que les auteurs, d'ailleurs : les peintres, les photographes, les comédiens, les réalisateurs... Bref, ceux qui créent des oeuvres

Pas définitivement, non. Juste le temps de voir comment ça peut exister, l'art, sans la critique des censeurs estampillés

Suffisamment longtemps pour étudier comment le public va vers l'art et vice versa, sans intermédiaire

Juste pour voir se remplir à nouveau les librairies, les galeries. Juste pour entendre les artistes, les auteurs, parler à leur public

Oui, c'est vrai, ça sera difficile de faire émerger des artistes "majeurs", des "best sellers", des "incontournables"

Oui, aussi, ça rendra le risque économique énorme de ne pas avoir une force de frappe organisée pour la consommation de masse

Ah, oui, c'est vrai : une grande majorité d'auteurs et d'artistes va devoir bouffer du rat crevé

Mais bon. Combien aujourd'hui bouffent du rat crevé matin, midi et soir ?

Je crois que ça vaudrait le coup d'essayer. Rien qu'une fois, histoire de vérifier

Juste pour voir ce que nous avons vraiment dans le ventre et dans l'âme quand personne ne nous dit ce qu'il faut y mettre

Twitstory du 8 septembre 2010 sur la TL de @christreporter