jeudi 20 juin 2013

Longtemps

Faut voir comment ils sont heureux, les octogénaires, les nonagénaires et les centenaires en fin de vie dans les maisons de retraite.

Ils rendent grâce tous les jours aux savants fou qui leur ont inventé des prothèses et à l'industrie pharmaceutique qui, bénévolement, les maintient en vie.

Ça respire le bonheur une maison de retraite. Le personnel y est abondant et jamais débordé. Les vieux ne sont jamais attachés dans leur lit ou leur fauteuil et on ne les gave pas de sédatifs à 17 h 30 pour leur permettre de faire la bamboula toute la nuit, parce que grâce au Viagra, la vie sexuelle après l'heure, c'est encore l'heure.

Voilà, c'est ça le progrès, un truc qu'il ne faut pas arrêter. On vit de plus en plus longtemps, de mieux en mieux, de plus en plus heureux. Mais ça coûte cher, alors il va falloir bosser plus longtemps pour payer ceux à cause de qui ça coûte cher.

Évidemment, ça va être frustrant de devoir reculer l'âge auquel les gens auront le droit de profiter du plaisir de finir leur vie en maison de retraite. Ils attendent ce grand moment depuis si longtemps.