mercredi 18 mars 2015

Formes

Les mannequins sont trop maigres. C'est un vieux débat.

On se souvient des affiches avec Isabelle Caro, dénonçant cet impératif du filiforme qui a fini par la tuer. Elle racontait dans nos colonnes (c'était en 2008), ces histoires des filles qui ne mangeaient plus rien, pourquoi elle se mettaient à fumer pour chasser la faim, comment cette image de la « beauté » féminine imposait l'anorexie dans l'inconscient des jeunes filles via cette apologie hypermédiatisée, cette dictature de la mode.

Alors évidemment, on ne peut qu'applaudir cette volonté d'interdire le recours aux mannequins dénutris.

Reste une question : pourquoi, dans ce monde absurde ou la malnutrition est subie plus que choisie, les créateurs et couturiers encouragent-ils encore la promotion de la peau sur les os ?

Et si, sur un portemanteau humain décharné, une robe mal foutue était plus facile à vendre ?

- - -

Billet initialement publié ici.