mercredi 27 janvier 2016

Tartuffes

Molière a dû se retourner dans sa tombe. Le président iranien Hassan Rohani n'aura même pas eu à dire : « Couvrez ce sein que je ne saurais voir ».

A l'occasion de son passage en Italie pour rencontrer le pape François, le Premier ministre italien, Matteo Renzi, et visiter le musée du Capitole de Rome, il a eu droit à un aménagement spécial : les statues de nus ont été cachées sous de grands coffres en bois.

Y'a des trucs comme ça que l'islam n'aime pas : les dessins du prophète, les gonzesses à poil, les échecs, le rock, l'alcool et le grand satan. Et nous, au nom de relations diplomatiques destinées à maintenir les équilibres faute de chasser les grands déséquilibrés, on compose.

Pourquoi ? Comme dans Tartuffe, il faut couvrir ce sein parce que « par de pareils objets les âmes sont blessées ».

Nous en sommes encore là : l'art et la culture, c'est plus dangereux que les armes de destruction massive.


- - -

Billet initialement publié ici.