lundi 21 mars 2016

Violence

« Tous unis contre la haine. »

Ces clips vont faire du bruit. Les images sont violentes. Trop ? Quand on fouine un peu sur les réseaux sociaux ou quand on lit les faits divers, on sait qu'elles sont malheureusement devenues aussi banales que les commentaires qui les accompagnent.

Cet « autre » qui n'a pas la même tête que le bon Français de souche redevient, comme à chaque crise, le parfait bouc émissaire.

Alors, quand la misère s'installe, quand on s'enfonce dans le déclin, des paroles aux actes, la frontière est poreuse. Maudire, insulter, cracher, bousculer, frapper… L'enchaînement de la violence débute toujours par une expression de haine. Les mots deviennent alors des armes, remplies d'une charge émotive dévastatrice.

Que des adultes les manipulent entre eux, on ne l'empêchera jamais. Qu'ils les transmettent à leurs enfants, là est la pire violence.

- - -

Billet initialement publié ici.