jeudi 21 octobre 2010

Fil

Vous êtes des centaines de braves gens, de filles bien, de chics types, d'êtres humains avec un coeur dedans, au moins

Vous m'avez donné un coup de main et c'était pas facile. Non pas que vous soyez réticents : j'ai vu que vous avez le coeur sur la main

Non. C'était moi qui hésitait à vous demander. Vieille déformation judéo-chrétienne de l'humilité qui vous pousse à ne jamais rien réclamer

Mais j'ai surmonté parce que c'est du bonheur d'une famille dont il s'agit. Mon premier fils dont je suis séparé et qui me manque sans cesse

Ce grand que son petit demi-frère et que sa petite demi-soeur aiment au delà de toute fraternité, même quand il n'est pas là

Mais bon. Il est loin et c'est de ma faute, probablement, parce que j'ai choisi de recomposer ma vie et forcément leur vie aussi

Et comme dans toutes les familles recomposées, pour se rassembler, il faut tailler la route, réduire l'espace-temps

Sauf que c'est compliqué quand il y a grève des transports, pénurie de carburants. Je n'ai pas pas de carrosse ni de cheval

Alors oui, devant la menace d'un désordre affectif à cause d'un conflit social, on peut penser au gréviste comme exutoire

Je n'ai pas fait ce choix. J'ai cherché ailleurs. Je me suis demandé tout bonnement comment survivre et j'ai pensé à vous

Car il se noue ici des solidarités nouvelles. Elles permettent de dépasser les clivages d'un conflit qui déchire nos quotidiens

Une façon accessible à chacun de sortir du manichéisme, des haines sociales dans lesquelles certains rêvent de nous enfermer

Oui, vous, les gens qui me lisez et que je lis, les personnes qui m'interrogent, qui me donnent aussi des réponses, et vice-versa

Je me suis dit que je devais, qu'il fallait que je vous demande un coup de main, en m'asseyant sur mon orgueil parce que c'était important

Vous m'avez aidé. Et voilà, pour ces vacances, maintenant, grâce à votre aide, les enfants pourront à nouveau rire ensemble

Je les entends déjà. Ces rires de bonheur, je veux déjà les partager avec vous. Arnaud, Laurence, Alexandre, Rajae et tous les autres

Vous êtes des centaine à avoir accordé quelques secondes de vos vies à rendre ces instants éternels possibles

Juste grâce à un clic, quelques caractères bien frappés, un appel rassurant. Nos vies ne tiennent qu'à un fil, celui qui nous relie

Juste, encore une fois : merci à vous tous d'être là

Twitstory du 21 octobre 2010 sur la TL de @christreporter