mardi 22 mars 2011

Croisade

Qui, de Claude Guéant ou de Mouammar Kadhafi a jeté la première pierre ? Il se peut que la question soit imprimée un jour dans les livres d'histoire. Parce que certains mots ne s'écrivent qu'avec une encre indélébile.

Donc, Claude Guéant se félicite de voir Nicolas Sarkozy à la tête de la "croisade" en Libye. Il fait écho aux propos tenus par Mouammar Kadhafi lui-même dans les premières heures des attaques de la coalition.

Fallait-il relever le gant ? Etait-ce bien nécessaire de défourailler une connotation religieuse à un conflit qui, jusqu'alors, n'en avait pas encore pris la dimension ? Trop tard. Le coup est parti.

Il y aurait donc des terres saintes à reconquérir. Lesquelles ? Celles des ressources énergétiques, de l'opinion publique française ou de la liberté du peuple libyen opprimé par un leader dont on aurait découvert soudain la tyrannie ?

Croisade, donc. Le mot est dit. Une nouvelle guerre de religion ? Croisons les doigts.