vendredi 6 janvier 2012

Excuses

J'ai reçu des excuses aujourd'hui. Sans importance. D'un adulte, ça m'a surpris. Je n'accepte que celles des enfants.

Je considère qu'eux seuls peuvent croire qu'il suffit d'en présenter pour obtenir un pardon. Parce que le monde ne fait que commencer à se défiler devant eux.

Je les leur accorde avec parcimonie, tout en m'efforçant de leur expliquer qu'à mesure des ans qui s'ajouteront, ils en trouveront moins.

Les excuses sont une ineptie. Le pardon une lâcheté pour présenter les siennes. Je n'ai jamais cru au aux produits nettoyants de la conscience.

J'ai au contraire la conviction que dans le livre de comptes de nos vies, tous les actes sont inscrits. Les uns à l'actif, les autres au passif, sans jamais que nous puissions avoir la certitude qu'ils ont été reportés dans le bonne colonne. Juste l'espoir qu'ils l'auront été sans erreur.

Je suis certain qu'on ne peut rien effacer. Ni le bien, pris ou reçu ; pas plus que le mal consenti ou volé.

Tout est gravé. Inaltérablement. Car si nos excuses devaient valoir absolution, ça ne vaudrait même pas la peine de les présenter.