mercredi 11 août 2010

Unfollowez-moi

Voilà : ça fait un moment que ça vous démange, mais vous n'osez pas le faire. Je peux comprendre, ça m'arrive aussi.

C'est qui, ce mec qui ramène sa gueule, comme ça, ce donneur de leçons à deux balles ?

Vous avez des doutes sur l'intérêt de me suivre ? Vous le faites parce qu'on vous a dit de le faire ? Vous pouvez arrêter maintenant.

Je ne vous en tiendrai pas rigueur, au contraire : ça sera la meilleure façon de mettre fin à un malentendu qui nous encombre vous et moi.

Vous supportez depuis trop longtemps que je pourrisse votre TL du soir avec des histoires qui vous échappent ? Allez voir ailleurs.

Vous vous dites qu'il faut supporter mes tweets abscons parce qu'on vous a dit : attention, ce mec est influent ? C'est faux.

Un idiot vous a assuré que quand j'engage une conversation avec lui, il gagne des followers ? Balivernes. Vous vous êtes fourvoyés.

J'ai un humour de merde. Je fais très peu de RT et, le vendredi, je me contente la plupart du temps de #FF back ceux qui me #FF

J'ai tellement mauvais caractère que j'ai déjà bloqué des dizaines de comptes, comme ça, sur un coup de tête, pour ne plus les voir.

Pour dire les choses clairement : c'est un peu le bordel sur ma TL. Il faudrait que je fasse le ménage.

Mais voilà : faire le ménage, ça m'a toujours gonflé. Aussi, si vous pouviez m'aider à le faire à ma place, ça serait sympa.

Allez, les dubitatifs, les obligés, les trop respectueux, les couards : unfollowez-moi. Demain, j'y verrai plus clair.

Après une bonne séance d'unfollow back, ne resteront que les gens qui comptent (-:

Twitstory du 10 août 2010 entre 22 heures et 22 h 30 sur la TL de @christreporter