mercredi 7 juillet 2010

Cyberhumanité

Quand un arbre est en train de mourir, il secrète une substance qui permet aux autres de le savoir et de le phagocyter.

C'est cruel ? Je ne sais pas : ces arbres vont l’aider à mourir pour qu’un autre repousse à sa place.

Il y a aussi des singes qui manipulent des outils pour casser les fruits secs.

Ils utilisent des pierres bien choisies qu’ils rangent à des endroits spécifiques pour être certains de les retrouver.

Des insectes sont capables de changer de couleur spontanément, d'autres, de bâtir.

Des colibris, avec deux grammes d’énergie, sont capables de voler pendant des milliers de kilomètres.

Les papillons monarques migrent sur quatre générations.

On ne sait pas comment ça se transmet d’une génération à l’autre.

Notre intelligence est marquée par un mode de fonctionnement : on communique avec des mots.

C’est un système très élaboré, mais un moyen de communication limité en comparaison à d’autres, comme les phéromones.

Toutes ces autres formes d’intelligence nous font regarder plus humblement notre adaptabilité à la vie.

Mais il reste un espoir : pour retrouver sa dimension sociale, collective, l'homme a inventé Internet.

Et ceux qui n'ont pas encore compris que le Web pouvait sauver l'humanité vont disparaître.

Twitstory du 7 juillet 2010 entre 22 h 45 et 23 heures sur la TL de @christreporter