mercredi 21 juillet 2010

Maintenant

Comme une photographie en noir et blanc, la vérité n’est ni blanche, ni noire.

Elle est composée d’une multitude de nuances de gris. De même, elle n’est pas absolue.

Une photographie ne montrera jamais davantage que ce qui s’est passé dans le champ de l’appareil.

Elle ne fixe que ce qui s'est déroulé pendant les quelques centièmes de secondes d’ouverture du diaphragme.

Cependant, une fois les nuances de gris figées sur le papier, on peut s'y attarder.

il devient alors possible de mieux regarder de quoi était faite la réalité durant cet instant fugace.

Cela doit faire une trentaine d'années que, chaque jour, je vois défiler les images du monde.

Et je sais pas si c'est la vérité, mais j'ai le sentiment qu'elles sont de plus en plus moches.

Insoutenables parfois au point de ne plus vouloir les regarder, mais pas assez pour éteindre mon sentiment de révolte.

Ce monde est de plus en plus laid. Mais il ne deviendra pas meilleur si nous fermons les yeux.

Comme me l'a rappelé un jour Emmanuel : "Nous voulons le monde, et nous le voulons maintenant".

Twitstory du 20 juillet 2010 entre 23 h 15 et 23 h 30 sur la TL de @christreporter