vendredi 16 juillet 2010

Mes

Ma femme n'est pas ma femme. Mes enfants ne sont pas mes enfants. Mes amis ne sont pas mes amis.

Mes lecteurs ne sont pas mes lecteurs. Mes internautes ne sont pas mes internautes. Mes followers ne sont pas mes followers non plus.

Chaque matin, j'émerge dans cet univers ou tout nous semble acquis avec ce sentiment étrange que rien ne n'est à moi.

Femme, enfants, amis, lecteurs, internautes, followers...

Nos univers se sont croisés. Les gens s'entourent. On n'appartient à personne.

Reste juste une envie, essentielle, chaque matin : ceux qui me manquent, je vais me battre pour ne jamais les perdre.

Amours, amis... Chacun, à des degrés divers. Ils ne sont pas à moi. Ils me font le bonheur de ne pas me perdre.

Twitstory du 16 juillet 2010 entre 22 h 45 et 23 heures sur la TL de @christreporter