samedi 19 juin 2010

Traitres

La trahison fait partie de l'histoire du monde, de nos histoires, de la nature humaine.

Judas Iscariote avait beau être apôtre du Christ : selon les évangiles, il a facilité l'arrestation de Jésus.

Alcibiade avait beau être « d'un aspect aimable et charmant », comme le confiait Plutarque, il a trahi Athènes.

Brutus ! Jules César avait confiance en lui. C'était le fils de sa maîtresse Servilia, peut-être le sien aussi. 23 coups de poignard !

Isabeau de Bavière a vendu la France à la perfide Albion. Le Grand Condé s'est vendu aux Espagnols.

Laval, Pétain et l'Allemagne nazie. Qui a balancé Jean Moulin ? A quoi jouait François Mitterrand ? Le général de Gaulle était-il un saint ?

Ces trahisons historiques baignaient dans le sang, le secret des dieux, les lettres scellées, les conjurations.

De nos jours, la trahison subsiste évidemment, mais sa nature a changé. Son intérêt aussi. La trahison se fait mesquine.

François Mitterrand a fait un beau retour sur la scène des trahisons en faisant goûter le caviar à la gauche.

Mention spéciale à Nicolas Sarkozy et Edouard Balladur pour l'ensemble de leur oeuvre sur la Chiraquie.

Félicitations du jury à Eric Besson de la part du peuple de gauche.

Autres temps, autres méthodes. Le traitre moderne, c'est celui qui balance l'info confidentielle sur le Net.

Le traitre contemporain laisse tourner la caméra pendant que l'homme de pouvoir se lâche. Un de ses complices met les images en ligne.

Le traitre, de nos jours, s'offusque des gros mots dits sur son antenne par un de ses collègues : il veut sauver les enfants qui écoutent.

Les traitres quotidiens sont aussi photographes : ils volent des images à des personnes publiques qui font semblant d'avoir une vie privée.

Le traitre moderne, quand il joue au foot, n'hésite pas à révéler à la presse les trahisons de son propre camp.

Les nouveaux traitres vont jusqu'à à bouleverser l'ordre mondial des choses de la #worldcup en balançant les noms d'oiseaux qui volent.

Je ne sais pas qui a trahi les engueulades des Bleus, mais je suis convaincu que les Bleus ont trahi la France.

Aujourd'hui, les traitres qui nous entourent nous indiquent où sont les enculés, les pauvres cons.

J'ai aussi des confrères qui balancent des affaires sur les politiques dont le pouvoir en place veut se débarrasser.

Certes, leurs trahisons ont parfois un intérêt beaucoup plus relatif que celles de Judas Iscariote ou de Brutus.

Mais je suis certain les traitres modernes sont toujours aussi bien récompensés pour leurs trahisons que leurs aînés.

Bande d'enculés de traitres, sans vous, le monde serait différent. Peut-être meilleur, mais peut-être pire.

Twitstory du 19 juin 2010 entre 22 h 30 et 23 heures sur la TL de @christreporter